LES ALLERGIES ET LES GANTS MEDICAUX, RISQUES ET PREVENTION

13/08/20

Les gants médicaux sont utilisés de façon quotidienne dans les structures de santé, à la fois pour la protection du patient et du soignant. Néanmoins, les matériaux et la composition des gants, ainsi que leur utilisation récurrente, font surgir des problématiques d’allergies et d’intolérances ayant de forts impacts sur les soignants et les établissements.

Les allergies aux gants médicaux sont le quotidien de plus en plus de professionnels de santé. Les gants sont la première cause d’allergie professionnelle aux additifs du caoutchouc, représentant 40 à 70% des cas. L’exposition continue des soignants à ces équipements de protection en est la cause la plus probable.

Il existe plusieurs type d’allergies :

  • Allergie de Type I, dite « allergie immédiate » : allergie spécifique aux gants en latex naturel, il s’agit d’une réaction violente déclenchée dès le contact avec les protéines de ce matériau. Les conséquences peuvent aller jusqu’au choc anaphylactique.
  • Allergies de type IV, dite « allergie retardée » : allergies communes à tous les gants, elles déclenchent une atteinte cutanée, type la dermatite de contact, entre 48 et 72h à partir de l’exposition à l’allergène. Bien qu’elles ne soient pas aussi grave que les allergies de type I, elles augmentent indirectement les risques d’infection par le sang, car la peau, barrière fondamentale de l’organisme humain contre les agents pathogènes, est atteinte. Les gants nitrile sont la cause principale de dermatite de contact parmi les gants synthétiques.

L’allergie de type I est une conséquence de l’exposition aux protéines du latex naturel, qui affecterait entre 3% et 17% du personnel soignant. Concernant les allergies de type IV, les causes sont plus diversifiées.

En effet, plusieurs allergènes peuvent être à l’origine d’une dermatite de contact :

  • Les accélérateurs de vulcanisation, comme les thyurames
  • Les antioxydants, type le Bisphenol A
  • Les produits chimiques, fréquemment utilisés pour la désinfection dans les établissements de santé

Bien que non mortelle, la dermatite de contact a des conséquences humaines et économiques non négligeables : selon le CDC (Center for Disease Control), le coût de la dermatite est estimée à 1 milliard $ par an en soins et arrêts maladie. De plus, la période moyenne d’invalidité est supérieure à 23 jours, ce qui affecte significativement l’organisation des établissements de santé et le personnel de santé (manque de ressources).


 


La prévention est le moyen à privilégier pour éviter ces allergies.

Il existe 3 types de prévention possible :

  • Utilisation de sous-gants, type gants en polyéthylène
  • Utilisation de gants moins allergisants, par exemple remplacer les gants en latex par d’autres matériaux
  • Utilisation de gants sans allergènes, type gants sans accélérateur

Etes-vous intéressé par ce sujet ? Inscrivez-vous à notre webinar du 13.10 prochain, ou demandez-nous notre dossier technico-scientifique.


Vous rencontrez ces problématiques dans votre établissement ? Découvrez les solutions Polysem.medical.